Un changement de point de vue

La "suggestibilité" dans le cadre de l'hypnose n'a pas le côté péjoratif qu'on lui connait dans la vie courante. Elle est plutôt une disponibilité au changement rendue possible par l'état de transe. Erickson constate que seules des suggestions correspondant aux ressources du patient peuvent être suivies. Il fera donc des suggestions indirectes et permissives pour pouvoir répondre aux besoins de chacun.

 

La dissociation hypnotique peut être définie selon les cas comme la capacité à substituer des images, sensations ou perceptions aux perceptions réelles, laissant exister des sensations autres. On peut alors être tantôt absorbé par l'expérience hypnotique, tantôt dans les perceptions habituelles de l'état de veille. 

L'autre interprétation possible de cet état est la capacité de pouvoir à la fois observer et éprouver une sensation : quand on se permet d'observer attentivement son angoisse et les effets produits, ce qui arrive ne nous représente plus, nous pouvons abandonner le ressenti subjectif sans se perdre soi-même.

 

En cela l'hypnose n'est pas une méthode cathartique qui viserait à "revivre" l'expérience subjective pour la surmonter. Il s'agit plutôt d'observer les faits en les dissociant de l'éprouvé affectif ou émotionnel, en les "décollant" des sentiments ou des émotions.

C'est s'offrir la possibilité de regarder et d'agir sur les processus mentaux à l'œuvre, plutôt que d'être dans la considération de sa souffrance.

 

L'état d'hypnose est un état naturel, connu de tous : un instant capturé entre la veille et le rêve, où les résistances deviennent elles-mêmes les outils du changement.

Articles & Infos ici, et sur Facebook & Google+ 

 

Follow me on Academia.edu